Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 octobre 2017 3 11 /10 /octobre /2017 19:44

Trois ans.

Cela fait plus de trois ans que je n'avais pas repris le clavier pour épancher mes humeurs.

Ces derniers jours ont été lourds, très lourds à porter. Ces derniers mois aussi. Qu'est-ce que j'aimerais pouvoir avoir entre mes mains un bouton "Reset" sur lequel j'appuierais avec une envie et une détermination incomparables.

2017 devait être l'année du coq selon le calendrier chinois. Tu parles d'une année... Il y a 24 heures, à quelques minutes près, toute une région, et moi avec, basculions dans un précipice sans fin. Vers une indépendance illégale, non voulue, non planifiée. Vers une démocratie kidnappée, bafouée, détournée pour être mise au service d'un parti politique loin de représenter la majorité et d'un gouvernement central corrompu jusqu'à la moelle. 

J'ai vu, ces derniers jours, 14 années de ma vie passer devant mes yeux, pouvant partir en fumée comme ça, en quelques minutes. C'est quand même dingue que tout soit si instable, que tout ce qu'on bâtit puisse disparaitre comme ça, si vite. Ça donne le vertige... 

Je pourrais dire que ça ne devrait plus me bouleverser autant pourtant. Cette année aura été pour moi synonyme d'un échec professionnel monumental puisque j'ai dû abandonner l'entreprise dans laquelle j'ai mis non seulement toutes mes économies, mais également toute mon énergie, tout mon temps et tout mon coeur depuis 3 ans. Difficile, très difficile, si j'en crois les expériences autour de moi, de réussir le lancement et le maintien d'une entreprise du premier coup. Les leçons que j'en tire sont précieuses mais le prix à payer est élevé aussi. Et les désillusions énormes.

Je commençais tout juste à panser mon ego lorsque j'ai senti gronder autour de moi la colère, la haine, le ras-le-bol d'une société qui s'est littéralement fracturée en deux en quelques semaines... Ou bien ai-je vécu pendant 14 ans, bercée par l'illusion qu'une cohabitation pacifique et désirée était possible à Barcelone?

Si l'angoisse de ces derniers jours, de devoir subir une décision impartiale à mes yeux, est en train de se diluer en moi, les interrogations elles, persistent. Même si la Catalogne ne prend pas sa véritable indépendance, nombreux, très nombreux sont ceux qui ont déjà dit adieu à l'Espagne dans leur têtes et dans leurs coeurs. Vont-ils vouloir faire payer leur tristesse et leur frustration aux autres ? Quelle sera ma place dans cette société désormais profondément divisée ? Comment construire dans ce climat d'instabilité ?

La qualité essentielle de notre XXIe s., c'est la résilience, savoir s'adapter aux changements. Mais quand elle devient permanente, la résilience ne devient-elle pas juste un banal mécanisme de survie ? Au XXIe s., dans un vieux pays européen, une décision politique peut faire changer toute une vie. Il suffit seulement de quelques minutes...

Repost 0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 20:14

(escuchado por la calle)

"Me estás poniendo los pelos de punta. Tengo que leer este libro ya!"

(me quedé con las ganas de conocer el titulo...)

"TikitikitiTikitiTikiti... así era el ruido de la máquina en el trabajo..."

(me hizo pensar que me encantaría tener una maquina de escribir de esas antiguas)

"...et Manuel Valls, alors? Tu l'as déjà entendu en interview.?..."

(Ah...estos franceses, mis paisanos, jovenes o viejos, siempre, siempre charlando de política...)

"​Gracias por cuidarme y enseñarme el camino"

(Esta no la escuché de alguien sino fue mi propio pensamiento, en un lugar donde siempre encuentro paz)

Repost 0
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 02:01

Après l'amour, que reste-t'il ?...

Par hasard, j'ai retrouvé nos emails. Mes doutes et mes certitudes, comme celle de t'aimer comme je n'avais pas aimé depuis de longues années. Tes doutes et tes incertitudes. Comme celle de plus vraiment savoir si tu m'aimais.

Mais m'as tu jamais vraiment aimée...?

Cette foi indéfectible que j'avais en "nous", cette force qui me poussait vers toi. Cet amour abyssal que tu avais envers...toi-même. Cette sincérité du coeur que j'ai toujours gardé. Et la même dont tu as bien joué. La puissance de mes sentiments passés me submerge et m'effraie même quand j'y repense.

Je te l'ai déjà dit, je t'ai tout donné.

Après l'amour, que reste-t'il...

Ne cherche plus.

Il ne reste rien.

Repost 0
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 00:26

Et bientôt un an de plus... J'ai l'impression d'avoir vécu une année hors du temps. Coupée du monde réel. Travail, travail, travail et re-travail. Dont j'ai fini par être dégoûtée, en plus. Bientôt 32 ans, des projets (enfin!) plein les cartons, (encore) jeune et jolie, et célibataire.

Forcément, on se pose la question du pourquoi.

Peut-être parce que comme le dit la chanson d'Eagle Eye Cherry, "I'm tired of playing this game". Peur de me fondre à nouveau dans une relation, de m'y perdre dedans. De perdre mon identité, mes envies, mes rêves. Le prix à payer du bonheur à deux atteint parfois des proportions insoupçonnées.

Et puis, c'est toujours la même histoire. Quand c'est moi qui plaîs, je ne tiens jamais bien longtemps. Quand, c'est à moi que quelqu'un plaît, il y a toujours un "mais".

Il va falloir que je trouve la solution de l'équation...

Repost 0
31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 00:19
Un déjà-vu

Billets d'avion/Boletos de avión - Check

VISA - Check

Réservations d'appart et de voiture / Reservas de piso y de coche - Check

Valise en préparation / Maleta en progreso - Check

J'ai même ma robe pour le mariage!

Hasta habemus vestido para la boda!!!

Alors, je m'en vais?

Entonces, me voy?

Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!!!!!!!

Siiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!!!!!!!

Let's hit the road again!!!

(there are 3 persons talking in my head...is that really serious, doctor? :D)

Repost 0
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 00:34

So I'm a triangle too.

Lost in between circles and squares.

When you leave your home country there is one thing that you don't think about: you'll never be the same again.

I mean, of course, everyone is evolving and this not depending on the place they are living. But when I was 21 and left France, I never thought I wouldn't be able to readapt to my own country (in fact, when I came to Spain, sorry, Barcelona, I was really thinking to stay 6 months only, so I was far away from thinking about this).

The good and bad thing at the same time is that you're a stranger in the new country (wohooo, plenty of new things to do/see, new people to get to know and millions of new [good and bad] experiences just because you're new) but little by little by sipping all this new culture, you're also becoming a stranger in your home country. You're starting to feel, as they say in Spanish "ni pa' lla, ni pa' ca".

As explained in Naomi Hattaway's post http://naomihattaway.com/2013/09/i-am-a-triangle-and-other-thoughts-on-repatriation/, just try to make fit a triangle into a rounded or squared shape...!

This strange feeling is a bit hard to explain to both your family and friends who stayed in the country and to the locals. So you smile and say "yes" when they tell you that after such a long time, you surely feel Spaniard/Catalan by now. In your family, they even call you "the Spanish girl"... But even after 10 years, I do neither feel Spaniard nor Catalan. And never will feel it... even if I had gotten the nationality. Even if I really like this country.

Do I still feel French? Well, in my case, I come from a mixed family with Polish blood in my veins. Not sure that I am the best example of a typical French product... But I still carry all the heritage from the education I received and still follow the typical behaviours such as complaining, standing up for causes I trust in and joining protests (a typical national French sport), craving for yummy pastries and good wines and cheeses, being passionate for festivals and cultural events, waiting for a man to hold me the door and be a gentleman (yes, call me retro!)... And little by little I dropped the general negativism and morose attitude we usually have in my home country. Also tried to get rid of the typical criticism and judgments made way too quickly about people you barely know. And learnt to think out of the box, too. I also ended up making friends with more foreigners than locals or with Spaniards who have spent a time abroad too, and not even consciously, but in the end, I know they will understand me perfectly.

The interesting fact about moving abroad is maybe that you get to know your home country better. Or you see it with a different perspective.

The hard thing is to get to a point you don't know where you really belong to. Still, I want to believe that the triangle can find its own place, whether in the middle of the circles or in the middle of the squares :)

Repost 0
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 23:52

Justo esta semana venia pensando en este tema... Escuché varias veces que cuando hay una guerra en un país, los niños y adolescentes que sufren la guerra en su propia carne, se les considera como "generación perdida". Personas con traumas grandes, miedos, angustias, dificultades a ser felices, a soñar un futuro mejor... Pero miro hoy alrededor mio y veo a tanta gente ansiosa, estresada por un trabajo en cual ya no ve ningún sentido, deprimida, triste, perdida, sin sueños... La generación X, como bien les gusta a los sociólogos llamarnos a los de mi generación, los treintañeros, pues no seriamos también una generación perdida¿?

Siempre nos enseñaron a estudiar mucho, ser alumnos aplicados porque de otras, no podríamos sacarnos el bachillerato...y después ser estudiantes brillantes para poder optar a y sacar una carrera académica de éxito...porque de otras no podríamos encontrar un trabajo estable y ganar mucho dinero...y después...espera... un qué¿?, ganar qué¿?

Recuerdo las notas de los profesores en mis boletines escolares: "es buena alumna, con mucha voluntad pero pasa demasiado tiempo soñando en clase"...

Yo no soñaba con ser bailarina como la niña del video que os dejo a continuación, pero me pregunté últimamente...cuando dejé de soñar¿?

Y estoy en ello, lo de recuperar mis ilusiones!

Repost 0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 21:57

Si alguien me hubiera contado la locura que llegué a hacer hace un par de semanas...jamás en mi vida (anterior) lo hubiera creído. Es de esas historias en cuales no sabes el por qué, ni el cómo, ni el cuando, pero un buen día te despiertas y te das cuenta de que ya no estás siendo sincera con esa persona, ni sincera contigo misma.

Hace tan sólo un año, hubiera callado ese malestar y esperado en silencio a que pase el tiempo. Esta vez, algo en mi me llevó a dejar las palabras fluir por mi linda boca. Palabras tal vez asustadoras (me hubiera gustado grabar el momento en otra parte que mi memoria porque ver tu cara en el momento aquello me hace aún (son)reír, no puedo con ello, lo siento :D).

Pero cuando empiezas a fantasear todo lo que podríais hacer con una salsa de chocolate...mmmh es hora de decir gracias por los buenos momentos y las risas, y que te vaya bien amigo mio.

Puede ser que nuestros caminos se crucen de nuevo, o no, pero de momento, es mejor como bien lo dice Ben...to walk away (at least for a time).

Repost 0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 23:00

Casi cada viernes noche, cuando paso delante del Cat Bar http://www.catbar.es/ en calle Boria, cerca de la plaza del metro Jaume Ier, el chico que toca el piano me transporta a Nueva Orleans por unos minutos.

Dulces recuerdos que traen una sonrisa a mis labios.

Tio tocador de piano, no se quién eres, pero te doy las gracias!

Repost 0
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 23:39

(Escuchado por la calle)

"...If you don't like Bon Jovi, that means our relationship will not go anywhere..." (OMG, este me ha hecho reír un montón, lo debo admitir, jaja!)

"...en fait il pensait que c'était moi qu'avais pas peur et moi je pensais que c'était lui qu'avait pas peur..."

"mmhh excuse me, estamos rodeando una peli, podrias quedarte aqui parada unos minutos? sssshhhh..." (hum, es que tengo prisa como verás, tengo que ir a buscar una tortuga...)

"...la cosa se está poniendo caliente. Dame un trago, hombre!..."

Repost 0

Présentation

  • : hasta la proxima...à Barcelona
  • hasta la proxima...à Barcelona
  • : Humeurs et commentaires d'une française à Barcelone
  • Contact

Recherche

Archives